( 24 octobre, 2013 )

Paroles vives

Paroles vives dans poesie

j’ai quelquefois pris mes draps
 pour des preuves de fidélité à l’aube

vivant sur rendez-vous crispés
 attendant qui ne viendra peut-être pas
 toujours plus belle dans la gravité de son silence
 attendant l’averse de ses paupières
 sur mon toit

j’appartiens à la fêlure des horizons bâtards
 aidez-moi à écrire
 ma courte biographie de pierre.

(Ratures d’un miroir, 1992)
( 13 septembre, 2013 )

ELEGIE

Elégie
Abandonné, lié de toutes entraves,
Je n’aperçois que mes épaves.
J’ai la nostalgie de mon passé,
J’ai la nostalgie d’une beauté idéalisée.
Qui délivrera ma poitrine oppressée !
Mon cœur est trop chargé
D’ombre et de mystère.
Comme un fruit murit, penché vers la terre,
Ainsi qu’est l’espoir de mes enfants.
Dans mon cœur, tous les bancs,
Toutes les places sont mouillées,
Mes pores se métamorphosent en graves blessées,
Elles sont toutes vivent dans ma chair.
Quand la nature pleure,
Je suis la proie de mon sang.
Oh ! Temps,
Je geins sous les bottes de mes ennemis-amis
Qui sont avides de mes fruits.
Derrières leurs discours rhétoriques,
Leurs politiques palinodiques,
Ils habillent et déshabillent la vérité.
Oh ! J’ai la nostalgie de mon passé,
Sur mes seins, les montagnes,
Il y’avait une vie de cocagne
On y glanait de la bravoure, de l’amour,
Maintenant, mon dos est le tambour
De la baguette de la misère.
Je regarde mes bonnes heures
Qu’on expose dans le musée comme des rêves, Lire la suite…

( 16 juillet, 2013 )

VERBOJEU

Je T’aime

 

je t’aime
tu m’aimes
il est jaloux
nous nous aimons
vous êtes amis
ils nous divisent

( 8 juillet, 2013 )

GAZETTE A LA JEUNESSE

 

pa mete komprès

Si lavi a pran nan près

Nan kanaval demagoji Majigridi ti soufri,

Pa kwè nan la politès

Nan seremoni

Kay aloufa gwo vant ti lespri

Kap toupizi pipiti

Poulpa grandi,

pa chante mès

Ni aplodi tonm blanchi

Bouch li rete toulouvri

Pou angloutilavi

 

Sou chimen  fenwa legsistans

Kote lespwa ap bay lodyans, mannigans, vanjans ,Rans, devyans,

Kitem pati al fè lapenitans.

Lizyè lespwa badijonnen ak pikan kwenna,

Bastengal soutyenm kale mwezi

Nan chita gade cheve letan kap blanchi,

Pa gen mezi pou mezire tan an,

Se gwosi m’ gade lap gwosi tanzantan.

 

Lajenèspotovi, lajenès, demegri, lajenès rabougri,lajenèsaneyanti

Lajenèsapfèlakilbit

Nan koulwa lavi ki moute bit sou bit.

Nan benyen totouni pa gen kache lonbrit.

Jeunesse, mot insensé, violé, exploité, galvodé

Qui cache l’inegalité,

Mais, elle a du sens,

Entre l’enfance et l’adulte, elle balance.

‘’’Twa fwa, pase la se ladènyeki restera,

J’ai perdu marie , j’ai levé levémariane

 

Kilè nap sispann tounen debò

Debò miwo miba ?

Ann al bay lavi fouch,

Ann al chanje avni kouch.

Mete menw, kole men, paret lwen,

Vini n, mennen peyin’ pi lwen,

Men, byen veye men kap redil tounen.

 

Gazèt pou lajenès,

Mwen konnen w chaje ladrès,

Nan menw gen zo pouw’ fè 2 kabès,

Jwe, jwe poun al  bat tab lavyeyès,

Pa mete mi pou’n pa pèdi

Byen reflechi wap jwenn li.

Chemen long gonbo di,

Men akpasyans nap jwenn trip foumi.

 

Nou vanse pèdi sèvèl

Nan siveye bonèt lakansyèl,

Paret  penyen bab foumi ti très,

Ann al bay avni karès.

Nan fon basen  dezagreman,

Map gad sosyetem san nanm

Tankou yon zonbi bouch mare

Yap fòse pale.


Sur le pont “madichon”

On y dance, on y dance,

Sur le pont d’exploitation,

On y dance tous en rond.

Yon dans vire won, yon dans klopiklopan,

Sou yon tanbou ki genw son vonvon :

Se tou pam, se kou pam,

Banm pran pam,

Pran paw, banm pam

Pèsonn pa koupab,

Tout sak pa bon se djab,

Podjab pou djab.

 

Nou se kolonn vètebral legzistans,

Kalfou kote tout moun kwaze,

Ann al ranmase debri lakonesans,

Poun’ al bay lavi sans.

Boukante inyorans ak konpetans,

Voyemizen’ sou konesans olye de chans

Poun’ al chanje peyi a kadans.

Pa ret kwaze lebra devan figi lavi kap plise,

Pa rete jebede tankou ti bebe

Devan rev  lespwa kap seche

Moute sou do chwal konsyans

Poun’al keyi lespwa sou tab lalin,

Ann al chanje kouchèt nan dèyè kouraj ki gen laboulin.

 

Lajenès, ou gen zo 2 kabès,

Jwe poun’ pa pèdi jwèt la,

Ou se senti lespwa,

Ann al gad kot solèy jouke bwa

Poun’ al pran poul poun’ chase fènwa,

Pa gen sekrè nan fè kola.

 

Toli et chelot

 

 

( 10 juin, 2013 )

CHANY

chita laa,

Sou ti chèz ki pi baa
kitem klere soulyew,

Kitem bay pousyè kalòt nan pyew.
banm lave jem nan fant janm lavi,

banm pran jòf mwen ak plezi

se laa ase mwen ka wè kilòt li,

menm sim pa ka touche, mwen a wè fòm li.

chita depite,

se laa ase nou sonje egzistans malere
banm pran 5 goud pam nan nan mago Letaa
se laa ase mwen ka goute gato kap separe sou non pèp la

 

vini entèlektyèl,

wap konstrui machin pou potew al viv nan syèl,

mwen menm se sèl

ak kwayans nan bondye mwen ka espere syèl.

(TOLI)

( 10 juin, 2013 )

Pòtre lakapital

Pòtre lakapital dans poesieM fèpòtre lakapital

Kap gouye anba vant mòn lopital,

Siw konn jenn fanm ka p lage payèt sou chanmas nan kanaval.

Li ouvè jiponl men lajè sou bisantnè

Pou jofre lòt bò lanmè.

Mwen wè..

Mwen kwè sam wè,

Se pa fè zè

Chemiz li chire, chemizèt li make mizè.

Mwen fè pòtre lakapital

Depi syèl la bave,

Mòn nan trangle,

Anba lavil sivoke.

Move lavi ap fè chemenn kwa,

Mache nan jèn maten kou leswa

Chire soulye,

Kale jenou nan al priye papa bondye.

Mwen pa wè,

Mwwen pa kwè

Jem byen klè

Se pa chèlbè,

Mwen pa fouti wè

Zetwal nan po vant minui,

Ou pa fouti dim nan ki chanm nan syèl la lalin dòmi.

Pa gen pye kajou

Poum al tann gonm pou douvanjou.

Se klaksòn machin ki di lajounenm bonjou,

Leve li jou,

Al gad kot lavi fè bout

Mwen fè pòtre lakapital

Ki ap dodomeya ak mize kwabosal

Ak yon ekspozisyon vivan kap bat pou kenbe pye lavi,

Kote lavi ap manje kout nen kou potovi.

Machin ap pile moun,

Moun anpile nan machin

Kou bèf  ki pral labatwa,

Kanpe laa, kenbe laa.

Mwen fè potre lakapital,

Kote lanfè ak paradi ap kwaze lepe,

Se yon tè beni, se kay leta,

Leta pa mache al lwen, li pa la pou sa

Vin anba je Leta,

Wa wè bèl kòtèj kap pase

Wa vale krache,

Wa tranpe dwèt nan bòl pwomès lespwa

Leta

Mwen fè pòtre lakapital.

Kote moun pa pran moun pou moun,

Moun moun  pase moun,

Moun ap batay pou yo moun,

Mèt minui mache gwo midi,

Lavi sanble esteril

Mwen fè pòtre lakapital

JEUDI JEAN VERDIN /VERDINO

( 10 juin, 2013 )

VWA TANBOU


trakatap katap ka

trakatap katap ka

GOUDOU GOUDOU GOUDOU

Yon tanbou ap fè lésé frapé ak lan nouit

sé kòm si yo fèmin oun pòt

sou douèt loray

pou fè-l rélé

Ay ! yon son ki manke chavire lesprim

4 kawotcho anlè

lan nouit tonbé lan rajé-a

tankou oun choual boua

 

Listwa antre antre bosal

tou sal

vin salope lavim.

Lanmò dezipe lavi, lavi dezipe lanmò

Viv bò isit viv bò lòtbò,

Li fè nwa tou 2 bò

Men pitom bò isit pasem bò lòt bò.

Rèl, rèl,

Je tèlman gade, li bay bouch kakarèl,

Vin ak mouchwa lanmou,

Lanmou ki rasinen lavi pou

Seche rigòl dlo ki anvi tenyen dife lavi.

Vini bèl kreyati lanati,

po je w tankou on ti fèy wont

ki etenn batri l douvan pye m,

vini poum pete mizik kò w

Lan tout kò m,

Mèch nan lanp bòbèch

Mwen anvi sèch,

Ak gaz ki nan danmijann yon lanmou an penbèch

Vin mouye mèch mwen.

 

Yon gwo Rèl  pete,

Siw konn kout kanno pou salye kavalye,

Tankou lanmè ki gen vant pase

Anndanm ap brase

Mouche tan ap jwe

yon tanbou biskèt tonbe

Tout voum se do !

Tout voum se Dododi dododa

Depi m piti zoup !

depi m piti toup !

zoup ! voup ! toup !

 

tout rit mizik kwaze

pou salye lavi ki pran latranblad, kap degrengole

san rete.

Nou kanpe sou balistrad lanmò Pou’n gad lavi kap pase

Ak 2 randlo nan je,

Bouki ret dan griyen

L’ap gade lakou a kap kankannen

Ak yon chalè vant vid ki gen kè plen

Gen lannwit lan lajounen,
pa chache kras pen
nan trip foumi, kase tèt tounen

Rit mizik lespwa sonnen byen lwen

trakatap katap ka

trakatap katap ka

zoup ! voup ! toup !

 

Gade solèy nan je se zafè moun brav,

Sin bese tèt na p gen twòp kadav

Ann bat tanbou lespwa, tanbou rasanbleman

Frape pye’n atè pou’n jete dezagreman

trakatap katap ka

trakatap katap ka

zoup ! voup ! toup !

(yon brasay mo Georges Castera)

JEUDI JEAN VERDIN /VERDINO

( 4 juin, 2013 )

Description réflexive


Doux champ de mon premier coup d’aile,

Sur ta nef je traverse l’océan de l’amour.

Tu es à moi ce que le ton est à la chanson,

Le miracle de l’eau dans le désert de la soif.

Tu es mon riz au lalo artibonitien ;

Le KALALOU de mon tonm-tonm jeremien,

Mon thé de gingembre

Et un « kou d’assorossi » dans un soir de décembre.

 

Dans la nuit noire de la vie,

Je suis la mèche et toi l’essence,

La lampe de notre amour luira toujours.

Tu es l’eau et moi le poisson

Sans toi, je tombe dans le trou noir de la mort.

Oh ! Tu es ma cocotte et moi ton coco,

Tu es semeuse

Et moi, la terre,

Tu sèmes sans conter

Tes grains d’amour

Dans mon cœur.

 

Tu es femme et moi l’homme,

Sans toi je ne serais pas là.

Tu es toi et je suis moi,

Sans toi, le récipient de mon amour serait vide de sens.

Tu es… tu es…. Tout pour moi.

 

( 4 juin, 2013 )

PROLOGUE

PROLOGUE dans poesie verdinoplage

VERDINO   TOLI 


Prologue

 

De mes vers,

Je laisse mes deux mains étalées sur les pages

Pour câliner vos regards

Je vous laisse des roses

Et mes chagrins épineux.

 

Dans les échancrures de mes mots,

Vous glanerez du miel

Et des tessons de fiel.

 

Je vous trace mon parcours de descendant de captifs

Portant la liberté sur le nez

Et la résistance dans la main droite

Chaque mot est un boulet

Lancé contre la servilité

 

A l’envers

De mes vers,

Cachent du chagrin, du plaisir,

Des pleurs

Et le son du lambi des subalternes.

( 1 juin, 2013 )

Bois d’ebene

Bois d'ebene dans poesie jacques-roumain

 

 

 

 

 

 Si l’été est pluvieux et morne
si le ciel voile l’étang d’une paupière de nuage
si la palme se dénoue en haillons
si les arbres sont d’orgueil et noirs dans le vent et la brume
si le vent rabat vers la savane un lambeau de chant funèbre
si l’ombre s’accroupit autour du foyer éteint

si une voilure d’ailes sauvages emporte l’île vers les naufrages
si le crépuscule noie l’envol déchiré d’un dernier mouchoir

    et si le cri blesse l’oiseau
      tu partiras

abandonnant ton village
sa lagune et ses raisins amers
la trace de tes pas dans ses sablesle reflet d’un songe au fond d’un puits
et la vieille tour attachée au tournant du chemin
comme un chien fidèle au bout de la laisseet qui aboie dans le soir
un appel fêlé dans les herbages?

Nègre colporteur de révolte
tu connais les chemins du monde
depuis que tu fus vendu en Guinéeune lumière chavirée t’appelle
une pirogue livide                                                                                                                                                                                                                          échouée dans la suie d’un ciel de faubourg

 

Jacques Roumain

( 1 juin, 2013 )

lanmou an boulatcha

Map karesew, fèw dous

Jis lanmou rive baw sekous,

Toufounenw, souse plim jew

Jis marengwen pawòl mwen yo rive mòdew

Fè zegwi lesprim pikew, pikew jis nan zo

Rale fresiw ak sansi jiskaskew redui zo ak po.

Mwen pa vin pou maryaj

Mwen sèlman anvi pran 2 nwaj.

Nous se 2 kretyen vivan diferan,

Ou pa ka vle poun gouye menm jan.

Fòk zetwal jwenn syèl poul leve,

Fòk lakansyèl jwenn koulè poul degize,

san malere laboujwazi sispann egziste.

Se pa bèl pawòl

Ni parabòl

Kitem plen pòch mwen nan trezò kèw

Banm plen kannkès mwen, banbile pandanm avèw

Paske lanmou saa an boulatcha.

(premye pati…)

( 1 juin, 2013 )

Sur un toit de vent

Sur un toit de vent  

Que t’est le bouclier de tes seins
Quand ma flèche t’abat comme un vautour
L’haleine des grands bois dépouille le dieu neuf
Et me voici nomade
Libre des défroques empruntées
Chargé du legs sans partage
J’arrive primitif du fond de moi-même
Que dis-tu du beau nu dans l’arène
La mer n’englobe cet élan
Près de l’arbre mûr pour l’abandon
Si ta main indique la seule étoile

Je bois la coupe du ciel
Dans la défaillance de ta chair
Ivre comme une voile en partance
N’attends le mot qui brise
Je rejette l’éloquence des feuilles en l’air
Crains la richesse du sphinx
Qui bondit
Hirsute
Dans l’or décadent des âges
Le vent des clartés lointaines
M’embarque pour le vertige sans issue
La barque vogue sur la danse des joies
D’une lune qui luit tes cuisses écartées

N’objecte la préséance de nul carquois
Sur le bord des vagues rebelles
Je dis que le fruit tombera
Dans le creux d’ombre de tes mains d’attente
Si fragiles qu’elles sont rire de gosse blessée
Pourquoi l’armoirie au front des nuits
Quand bourrasque le rythme de l’éphémère
L’écueil de ma vie
C’est la flamme de ta hanche
Qui s’enhardit aux horizons
L’aube pâlit la grâce des jeunes dents
Reconnais le pouvoir de chaque fenêtre
Rayant le désert d’une âme qui s’affronte
Le lambi somnambule sur la table
Crie l’alléluia d’une gueule sans gêne
Qui heurte la pâmoison des corps
Je vois des lendemains qui flambent
De tous les jets d’eau du monde
Fantasques comme des miroirs
Et je t’entends partir aux cascades des faunesses
Parmi ces champs dressés comme le glaive de ton sexe

paul Laraque

( 1 juin, 2013 )

MA VILLE DANCE

Ma ville dance,

Un pas en avant, deux pas en arriere, elle s’avance,

Elle dance à contre-sens,

Suspendu dans la corde de l’existence,

Elle balance.

Est-ce la folie ou l’ignorance ?

Ou du moins sa joie qui est si immense ?

Elle passe et repasse ses pas,

Elle ne dance, ni le compas, ni le raras,

Sous la musique des fines pluies abattant sur son troit

Et les grandes eaux inondant les pauvres gens en bas.

Sous le doux soleil du matin qui pianote les petales des fleurs

Et les baguettes de ses rayons qui détruisent les fruits des laboureurs.

Ma ville dance,

Elle dance,

Deux pas en arrière, un pas en avant elle s’avance.

Dans le festival du hasard et de la chance,

Goch dwat, dwat goch, dwategoch, ca a quand même du sens,

Ce n’est pas insensée sa dance,

Comme un gwògman donnant lodyans

Devant un marchand de clarain, dans l’ambiance

du frivole appétit des bardots,

Sous le charme d’un après midi sans fin,

 Où le soleil et la nuit se croisent en chemin,

Entre un passé historique  lointain

Et un avenir incertain.

Ma ville dance,

Un pas en avant, deux pas en arrière elle s’avance,

À l’église comme dans les services des lois,

L’oisiveté fait lois,

Conséquence, malchance, ignorance,

Incompétence ou malveillance,

Toutes ces notes se combinent

Pour arranger la musique de l’existence

De ma ville,

Ville en servitude,

Ville en perpétuelle solitude.

Ville désenchantée,

Ville désespérée, camouflée

Kidnappée, déculottée, violée

Ville ensoleillée

Ville  où de grands révoltés,

S’accouplent avec la bravoure pour enfanter la liberté,

Que cessent ces danses insensées !

 (JEUDI JEAN VERDIN: toli)

( 31 janvier, 2011 )

sa sa ye sa?

sa sa ye sa?

gen yon bon ti van kap vante zorey mwen

li fèm sonje plezi ti plim poul

li fèm vle transfome

 kisa sa ye sa?

waw! epa se te vwaw ti doudou.

mwen santi yon bagay sou do mwen

li soti depi dèyè tèt mwen lap glise desann

ayyy! li dous m’anvi vole

kisa sa ye la?

kèt! se pa se menw.

mwen santi bouch mwen dous

mwen pa sot bwè siwo myèl

li paka sik paskel pi dous ke sik

sa sa ye sa?

mmmm! se krache nan bouch ou.

cheriw dous,ou gou

kisa kap desann sot anlè a laa?

se tankou yon pye banbou kap danse nan bal larivyè.

ooo! epa se yon moun!

banm gade toujou,epa se ti doudou m nan kèt!

gadew kreyati

fanm blanch pa fouti chèlbè konsa

se sèl isit ki gen jèm saa,

fanm nan chèlbè,li gou,li dous

fant janm li pa gato li fè bouch powèt la koule krache.

kisa saye sa?

se fanm kèm nan

( 31 janvier, 2011 )

ces mains blanches sont plus noires que les miennes

ces mains blancs sont plus noires que les miennes
j’ai vu des mains ui me caresse la tête
je ne suis pas assez coquête
des mains de differentes couleures
ils cherchent plutot à faire leur beurre
ce sont des rapaces
oui,je ne crois pas en eux,ces rapaces.
ce sont eux qui m’ont matrarqué pendant 300 siècles,
ils m’ont humilié,abusé,violé,kidnapé
defilfware
 plusieures fois
aujourd’hui,leurs mains ne peuvent pas plus noires que les miennes

ils veulent me carresser

me chouchouter

pour obtenir mon bobot

pourtant,pourtant,ils m’ont blessé jusqu’aux os

jeudi jn verdin,etudiant en sociologie à la fac. des sces humaines

123456
« Page Précédente  Page Suivante »
|