( 13 août, 2016 )

konfidans

Gen yon gwo twou nwa
Nan kalfou lanmou nou,
Pèmèt mwen few yon konfidans
Menm si li ka brize kè w.
Mwen bouke kouve verite
Anba dra,
Konsyans mwen ap banm pataswèl,
Cheri, mwen twonpe w.

Mwen bouke twonpe w ak lonbraj ou
Lè somèy koupe fache ak po je m,
Mwen bouke pran lang ak lank plim
Lè lanvi jouke lespri m,
Mwen kouche ak mo yo nan tout lari
Menm sou kabann sakre a,

Cheri, kòd sekrè a kase,
Mwen marye plizyè fwa deja,
Lalin banm 17 avòtman
Nan yon sèl sezon.
2 nawè m yo pentire senti kilót
Tout flè dizè ki ponmen nan kaka chwal malere.
Mwen santi m pap gen paspouki nan je w,
Men, eseye konprann lonbrit mwen te koupe ak moso boutèy legzistans.

Toli

( 13 août, 2016 )

Laënnec Hurbon, la révolution haïtienne, une avancée postcoloniale

fichier pdf Revolution_haitienne_avancée postcoloniale

 

 

 

 

L’insuréction des esclaves de Saint-Domingue le 22 au 23 août 1791 a été un événement capital dans l’histoire universelle. Contrairement à la revolution americaine et la revolution Française, le professeur considère la revolution haïtienne comme le refus de la dominance de la pensée occidentale. Hurbon voit dans le mouvement des « captifs » la volonté d’avoir une culture-autre. La revolution haitienne se detache de la colonialité de la pensée. Ce qui a des impacts considerables dans le continent en particulier et dans les luttes pour la liberté humaine dans le monde en general.

Les lumières et les captifs de st-Domingue s’opposaient principalement sur la définition de « homme ».  C’est l’un des piliers qui constituent l’avancement de la révolution haïtienne par rapport à la révolution française.

La révolution haïtienne s’écarte de la conception coloniale de l’histoire.

( 22 janvier, 2016 )

machann pwason

 
Pouki krazazay zèklè pa chire tèt zòtèy
Nan peze l atè pou sèmante?
Pouki krapo pa vale lang li
Nan fè tripotay sou bonnbonni?
 
17 grenn miska, 3 grenn digo 2 ba savon
Pou tranpe kouchèt  
Move lavi salanbe ak bave.
Gen de jou solèy la bay kè plen,
Se tankou koupyè anba tche chwal kap senyen.
 
Yo pa konn mete losyon nan nen chen,
Sa ki ta di lalin ta gwòs pou koukouj?
Okenn simagri pa ka anpeche lawouze taye banda.
 
Ki mele douvanjou nan gouyad mèt minwi?
Sa mouton pèdi nan eleksyon bann chanpwèl?
Se ak alkali 3 degout, 
7 bout sitwon vèt
Pou lave vyann diyite bò isit
 
Toli
( 16 mars, 2015 )

Lettre à l’humanité

Les mots saignent,
Il ya du sang dans mon poème
Je vais à la guerre, avec ma plume de bohème
Pour la liberté, pas de cercueil.
 
Le soleil de la charité
Voile sous sa culotte les cicatrices de la servitude,
Je ris le maitre qui m’enseigne sa béatitude
Je loue mes capacités.
 
C’est mon histoire qui me tient en lisières
Brandissant la liberté contre le catéchisme et la Chaine
L’armée des incas conquis la dignité humaine.
Dans la lutte pour la liberté, pas de frontière.
 
Combien d’étoiles qui filent dans la mer
Pour essuyer les barvures attaquant la virginité humaine? 
Chiffoner le sang de ces vengeurs sous les bottes est une obscène.
Pour la dignité humaine, je suis en guerre.
 
ecriture
Album : ecriture

1 image
Voir l'album
 
Toli
 
 
 
 
 
 
( 15 janvier, 2014 )

Sables mouvants

Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s’est retirée
Démons et merveilles
Vents et marées
Et toi
Comme une algue doucement carressée par le vent
Dans les sables du lit tu remues en rêvant
Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s’est retirée
Mais dans tes yeux entrouverts
Deux petites vagues sont restées
Démons et merveilles
Vents et marées
Deux petites vagues pour me noyer

J. Prevert

 

( 24 octobre, 2013 )

Paroles vives

Paroles vives dans poesie

j’ai quelquefois pris mes draps
 pour des preuves de fidélité à l’aube

vivant sur rendez-vous crispés
 attendant qui ne viendra peut-être pas
 toujours plus belle dans la gravité de son silence
 attendant l’averse de ses paupières
 sur mon toit

j’appartiens à la fêlure des horizons bâtards
 aidez-moi à écrire
 ma courte biographie de pierre.

(Ratures d’un miroir, 1992)
( 10 juin, 2013 )

Pòtre lakapital

Pòtre lakapital dans poesieM fèpòtre lakapital

Kap gouye anba vant mòn lopital,

Siw konn jenn fanm ka p lage payèt sou chanmas nan kanaval.

Li ouvè jiponl men lajè sou bisantnè

Pou jofre lòt bò lanmè.

Mwen wè..

Mwen kwè sam wè,

Se pa fè zè

Chemiz li chire, chemizèt li make mizè.

Mwen fè pòtre lakapital

Depi syèl la bave,

Mòn nan trangle,

Anba lavil sivoke.

Move lavi ap fè chemenn kwa,

Mache nan jèn maten kou leswa

Chire soulye,

Kale jenou nan al priye papa bondye.

Mwen pa wè,

Mwwen pa kwè

Jem byen klè

Se pa chèlbè,

Mwen pa fouti wè

Zetwal nan po vant minui,

Ou pa fouti dim nan ki chanm nan syèl la lalin dòmi.

Pa gen pye kajou

Poum al tann gonm pou douvanjou.

Se klaksòn machin ki di lajounenm bonjou,

Leve li jou,

Al gad kot lavi fè bout

Mwen fè pòtre lakapital

Ki ap dodomeya ak mize kwabosal

Ak yon ekspozisyon vivan kap bat pou kenbe pye lavi,

Kote lavi ap manje kout nen kou potovi.

Machin ap pile moun,

Moun anpile nan machin

Kou bèf  ki pral labatwa,

Kanpe laa, kenbe laa.

Mwen fè potre lakapital,

Kote lanfè ak paradi ap kwaze lepe,

Se yon tè beni, se kay leta,

Leta pa mache al lwen, li pa la pou sa

Vin anba je Leta,

Wa wè bèl kòtèj kap pase

Wa vale krache,

Wa tranpe dwèt nan bòl pwomès lespwa

Leta

Mwen fè pòtre lakapital.

Kote moun pa pran moun pou moun,

Moun moun  pase moun,

Moun ap batay pou yo moun,

Mèt minui mache gwo midi,

Lavi sanble esteril

Mwen fè pòtre lakapital

JEUDI JEAN VERDIN /VERDINO

( 31 janvier, 2011 )

ces mains blanches sont plus noires que les miennes

ces mains blancs sont plus noires que les miennes
j’ai vu des mains ui me caresse la tête
je ne suis pas assez coquête
des mains de differentes couleures
ils cherchent plutot à faire leur beurre
ce sont des rapaces
oui,je ne crois pas en eux,ces rapaces.
ce sont eux qui m’ont matrarqué pendant 300 siècles,
ils m’ont humilié,abusé,violé,kidnapé
defilfware
 plusieures fois
aujourd’hui,leurs mains ne peuvent pas plus noires que les miennes

ils veulent me carresser

me chouchouter

pour obtenir mon bobot

pourtant,pourtant,ils m’ont blessé jusqu’aux os

jeudi jn verdin,etudiant en sociologie à la fac. des sces humaines

( 26 novembre, 2010 )

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

|