( 14 janvier, 2017 )

26 auteurs veulent nourrir la vie avec des mots

Des mots pour nourrir la vie

Le groupe littéraire « Des fleurs et des Poèmes » vient de terminer son premier projet collectif en publiant un recueil de poème avec la participation de 26 auteurs venant des horizons divers du pays. Avec des mots simples- passant par des poèmes- ces auteurs ont traduit, la complexité du réel quotidien. On peut lire dans les poèmes le désenchantement face aux fléaux du monde, le poids du colonialisme sur les anciens pays colonisés notamment Haïti et le rejet total de la prétention universalisante des puissances impérialistes. Des extraits de certains poèmes peuvent nous en servir d’exemples :

Je porte dans ma tête

Les gammes de la vie

Au rythme de nos coeurs

Balançant sur des tapis de nuages

Et pour combler de plaisir

Les vestiges de mon passé

 

Bruno Emile

 

Il n’y a plus de mer

Dans les côtes des frontières

Pour noyer mes larmes

Son image bleuâtre de femme caraïbe

Se perd dans l’écrin de la terre

Où brûle mon âme de poète dénudé

 

Toli

 

Ô sur la pente creuse de ton regard muet

Tes fils traversent tous le vent de l’atlantique  

Dans ce chemin ou nul n’en revienne,

Trappé par les sous-marins dans ce sombre périple   

Ils font ainsi le délice des requins.

 

Eland Guerrier

 Dans certains textes, on a l’impression que la ballade romantique entre l’amour comme passion et sentiment,  et l’amour comme raison de vivre, raison d’exister se chemine dans un sentier rocailleux où l’autre n’est non seulement un être désiré ou apprécié mais une partie de soi. En ce sens, les poètes évitent la critique de Pierre Bourdieu, critiquant les hommes du fait qu’ils vivent quotidiennement dans des relations amoureuses à lorsqu’ils en parlent peu. Dans «  Des mots pour nourrir la vie », nous pouvons tirer une sociologie de l’amour en Haïti : Le charme et la docilité des courtisans, le dorlotement de l’être aimé ; la nostalgie ou le regret d’un amour perdu ; l’utilisation de toutes les parties du corps  comme outil de la sexualité ; le rôle du rêve et des utopies dans la construction des relations. Nous pouvons prendre encore quelques extraits du livre  comme illustration :

 

Je déplie mon cœur

Tel un parachute

Et je vous laisse y entrer

 

JJJJRolph

 

Depi jou m kontre w la

zago rèv mwen anfle

vye lide m yo dekale

M pran nan poud lanmou w

 

Diamant Noir

 

 

Et voilà comme il pleut

Sans pluie

Sans eau

Avec l’odeur de ta peau

Anna

 

Chaque vers du livre s’incruste dans le vécu quotidien des auteurs et/ou de leurs proches. Si le poète utilise le champ imaginaire pour faire cadencer la poésie, c’est pour donner forme aux réels qui se présentent devant lui. Les participants à ce projet ont trouvé la véritable formule pour traduire  la matérialité de l’existence à travers des mots et des phrases. Ils maitrisent assez bien ce qu’écrire veut dire. La maîtrise d’une littérature qui se veut autonome. Nationale et identitaire. Tous les thèmes sont abordés dans cet ouvrage bilingue, qui démontre aussi toute la puissance de notre langue nationale, le créole. Notre identité. Notre «Nou» collectif. Une puissance linguistique que l’on peut constater à travers ces vers:

Mwen se yon

gwo gout dlo

nan je lavi

mwen prèske tonbe

tanpri cheri

pase pa anba

atrap mwen

ak kè w

pou van pa

seche m

 

Lee

 

M pa konn kilès

Ki banm batistè

Souf mwen se kout zegwi

ki fè bobo lavi ak lanmò.

 

TS

Il faut surtout souligner que ce livre est réalisé par un ensemble de jeunes, qui pour la plupart ne se connaissent pas en face. Ils se sont rencontrés sur les réseaux sociaux (Facebook, Whatsap), et  arrivent à construire une communauté virtuelle pour mieux vivre ce qu’ils ont en commun : L’écriture.

Nous pouvons résumer le livre à un porteur de message ( Pour John, À Mlle Delyju), un exutoire conduisant la voix des auteurs vers le silence des lecteurs. Si certains des participants ont déjà publié des œuvres individuels, la majorité d’entre eux sont seulement des jeunes qui sont animés par la passion d’aller  se baigner dans la vague littéraire, mais qui cherche une voix pour y arriver. Le coté le plus appétissant du recueil « des mots pour nourrir la vie », vous le découvrirez en entrant dans un échange direct avec le livre en main.

 

 

Jean Verdin JEUDI (Toli), 13 janvier 2017.

Pas de commentaires à “ 26 auteurs veulent nourrir la vie avec des mots ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

|