( 5 décembre, 2016 )

In memoriam Fidel Castro

Castro

Une Etoile vient de couper l’ombre de la mer en deux

Pour aller se blottir à l’autre bord

Portant ton âme sur ses ailes.

La mer sue dans les yeux,

L’amertume pue les hauts lieux,

Mais tes marques

Réverbèrent sur l’écran de la révolution.

Là, sous la gueule pestilentielle des vautours

Tu dessines en majuscule

Ton nom de géant

Sur le front du temps

Erigeant la dignité humaine en hymne de combat.

Que vaut une  vie dans un amas d’humain démunis ?

Tant qu’il y’aura d’opprimés,

L’histoire se nourrira de luttes et de combats.

Le monde capture sous ses bras

Le  bruit  tonitruant de ta voix

Perçant  la pensée avaredesque

Pour entonner le refrain de la révolte
au rythme de la justice.

Le vrai combattant ne meurt jamais,

Il se repose pour prendre sa place dans les creux de  l’esprits.

Jean Verdin JEUDI (Toli)

Pas de commentaires à “ In memoriam Fidel Castro ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

|