( 8 octobre, 2016 )

Champ libre

Ventez vent!

Vous êtes libre
Empereur aérien.
Vous arrachez le souffle d’un peuple souffrant
Pour monter le cerf-volant de la catastrophe.
Mais, nentendez-vous pas
La voix des orphelins, des veufs et endeuillés
Dans la cacophonie
Tatouant le rythme du bal?

L’eau est bonne à la course
Courez, courez l’eau!
Unissez les rivières,  les fleuves, les rigoles à la mer
Pour noyer la vie jusqu’à la gorge.
Mais, ne resentez-vous pas les larmes,
Le sang et les sueurs
Ruisselant la peau de ton corps liquide?

À travers une étendue d’eau et de sang qui drape la ville
Se défile  l’ombre des caravelles de Colomb
Portant le germe de la decimation indienne.

La photographie squelettique
De la ville griffoneuse
Réverbère la pluie nucléaire
Qui a décapité l’Hiroshima.
Jean Verdin Jeudi (Toli)

1 Commentaire à “ Champ libre ” »

  1. Jack dit :

    Jack

    La poésie de Toli

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

|