( 13 août, 2016 )

Si tu passes me voir

Si tu passes me voir
À l’heure où partira mon étoile
Prepare toi à amasser mon corps
Dans la boue de mon sang
À la rue des vandales
Je marche les bras pendus
En quête de mon être
Les soldats ne sont pas dans la rue
Mais dans les salons

Si tu passes me voir
Dans la poussière lacrymogène de l’université
À l’envers de nos baisers de résistances
Surveille les fusils et les chaines
C’est la  demeure des policiers
Ils sont absents dans les rues
Très présents dans les salons

Si tu passes me voir
Pense à la pluie dictatoriale
Qui menace la récolte de nos pensées
Au bord de la rive macoute
Sur la table de notre amour
Prends ma plume et cette feuille poétique
Pour réécrire les revendications

Toli

Pas de commentaires à “ Si tu passes me voir ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

|